A propos

Notre entreprise

Notre entreprise familiale aux accents purement Belge et pleine d'imagination voit enfin le jour ce 15 mai 2016.  Elle est toute neuve, toute fraîche, pleine de motivation et de créativité, mais aussi d'un savoir faire qui allie la gestion et la comptabilité pour Nicolas depuis presque 20 ans et le contact client, et la vente en bijouterie, maroquinerie depuis 25 ans pour Mireille.  Nous vous assurons:

  • Produits haute qualité
  • Service client inégalé
  • Remboursement garanti pendant 14 jours
  • Un contact client aisé et attentif à vos attentes
  • Une sécurité de paiement
  • Une possibilité de découvrir CHEZ VOUS et en exclusivité, notre collection.

Notre équipe

Mon frère, Nicolas Serron, pour la gestion, comptabilité et la logistique informatique. Moi, Mireille, pour le marketing, la vente à domicile et les achats.  Avec la collaboration précieuse de Sandrine Cocchiaro pour les achats et de Doudou Oumarou pour la logistique et la sécurité.
Mais pourquoi Bag Stor-e?

Bag Stor-e, c’est une histoire, chaque sac, chaque femme a son histoire.  Le sac d’une femme est rempli d’une multitude de petits souvenirs, comme principalement les souches de nos achats, des objets de nos enfants ou compagnons, des listes à ne pas oublier, un morceau de sucre  gardé lors d’un café entre copines, une friandise au cas où, un bijou, un bricolage ….  Et nous, les femmes, gardons toujours notre âme d’enfant, et tout comme eux, nous ramassons des objets trouvés sur notre chemin.  Qui n’a jamais été prise de nostalgie lorsqu‘elle vide son sac au bout d’un temps ?

Et afin de faire vivre nos histoires et notre grain d’enfance, nous vous proposons des accessoires de mode personnels voire personnalisables,  créatifs afin de se différencier d’une part et intemporels et de qualité de l’autre. 

Nous cherchons à faire, du caractère éphémère de la mode, une consommation responsable en proposant la location d’articles de mode, et ainsi transmettre l’histoire du sac loué  d'une part et d’autre part, vendre des articles intemporels, adaptables et de qualité pour durer dans le temps.

Nous sommes convaincus que l’on peut vendre sur internet sans dévaloriser le commerce et offrir un service personnalisé et faire transparaître notre personnalité.

Nos origines

Nos origines, d'une famille de menuisiers, nous amènent tout naturellement vers l'amour des matières nobles comme le bois, le cuir, l'argent, vers le côté créatif et imaginatif, mais aussi vers le travail de qualité, le souci de la récupération, l'adaptation des objets.

Retrouvez mon profil de femme active en réseau sur le site F.A.R http://www.reseau-far.be/fr/news/460-mireille-serron.aspx

Dans le journal L'Avenir Huy/ Waremme http://www.lavenir.net/cnt/dmf20170721_01032767/des-sacs-a-main-et-des-valises-a-louer

ENGIS

Des sacs à main et des valises… à louer

  • Accueil  
  • ActuHP - samedi 22 juillet 2017 06h00 - Anne-Françoise BERTRAND - L'Avenir
Mireille et son frère Nicolas disposent de toute une panoplie de sacs pour toutes les occasions.
Mireille et son frère Nicolas disposent de toute une panoplie de sacs pour toutes les occasions.-Heymans

Mireille Serron et son frère Nicolas veulent lancer une plateforme de location de sacs en tous genres. L’étude de marché est en cours.

Une pochette pour agrémenter une tenue de soirée, un sac de plage pour l’été ou une grande valise pour voyager: des accessoires dont on a besoin, à un moment donné, mais qu’on n’a pas toujours forcément envie (ou les moyens) d’acheter. C’est en partant de ce postulat que Mireille Serron et son frère Nicolas ont décidé de lancer leur petite entreprise de location de sacs en tous genres. «Je suis vendeuse dans un magasin de bijoux, à Huy, mais avec mon frère, on avait envie d’un projet personnel», explique l’Engissoise.

Accompagné par ALPI, une structure d’accompagnement à l’autocréation d’emploi agréée par la Région wallonne, le duo a ainsi lancé il y a quelques jours une étude de marché pour évaluer le bien-fondé de son idée. Une enquête qui leur permettra d’y voir plus clair et de mieux cerner les attentes de leurs (futures) clientes, disponible sur internet via Google Forms. Internet, c’est d’ailleurs le canal par lequel le duo voudrait essentiellement commercer. «On voudrait ouvrir un magasin éphémère à l’automne, à Huy ou dans la région, pour avoir un premier contact physique avec les gens et leur expliquer ce qu’on compte faire mais, dans l’absolu, oui, on voudrait ne fonctionner que par internet.»

Concrètement, il suffirait alors à la cliente de choisir l’objet de son désir (sac à main, pochette, sac à dos, valise…), la durée de la location (d’une soirée à plusieurs semaines) et de payer en fonction. «En France, ça cartonne mais ça ne se voit pas encore beaucoup chez nous, poursuit Mireille Serron. C’est sûr que je suis partie de ma propre expérience: quand on a un budget plus limité, on vise surtout le côté pratique. En louant, on a moins de culpabilité et on peut plus souvent changer. Ça peut sembler utopique mais il y a aussi, dans notre projet, une volonté de faire de la mode quelque chose de plus durable, de plus responsable.»

Dans un premier temps, Mireille et Nicolas proposeraient donc une sélection de sacs dont ils seraient propriétaires. Des contacts sont d’ailleurs en cours avec divers fournisseurs mais «on n’exclut pas, à terme, de devenir aussi une plateforme de location entre particuliers. Ce qu’on veut, surtout, c’est promouvoir l’artisanat et donc trouver des partenariats: ce serait du win-win car, pour les artisans, ce serait une belle vitrine.»

«Du e-commerce durable et responsable»

Les résultats de l’enquête, attendus dans quelques semaines, permettront en tout cas au duo d’affiner son projet, «de cibler ce que les gens veulent pour faire nos achats». Mireille et Nicolas pourront alors officiellement lancer «Bag stor-e», une contraction de «story» parce que «chaque sac a son histoire et nous vivons notre vie et nos histoires avec notre ou nos sacs» et de «e-commerce». «Nous voulons vraiment faire du e-commerce autrement, en allant vers le client par des magasins éphémères et en pratiquant des prix qui ne cassent pas le commerce “ physique ” et le plus justes possible, tout en proposant à chaque femme de pouvoir se faire plaisir sans culpabilité et de manière responsable.»

Vous pouvez participer à l’enquête via la page Facebook «Huy-dire».